Corrigé de la fiche de lecture sur Les Pensées de Marc Aurèle.

(actualisé le ) par Serge Durand - Philosophie

 Partie B – Explications de textes des Pensées de Marc Aurèle.

« Le maître intérieur, quand il est tout ce que veut la nature, doit prendre les choses de la vie de telle sorte qu’il soit toujours prêt à se régler sans peine sur le possible et sur les circonstances données. Il se garde bien de s’attacher jamais à une matière, qui n’est qu’en dépendance relative ; et il penche parmi les choses « préférables », où même encore il est amené à faire son choix. L’obstacle qu’il rencontre lui devient une matière à s’exercer. Cette matière est comme un feu, quand il dévore les objets qu’on y jette ; ces objets seraient assez volumineux pour éteindre le maigre foyer d’une lampe ; mais le feu toujours plus ardent s’assimile en un instant les matériaux qu’on y entasse ; il les absorbe ; et, nourri par ces mêmes aliments, il n’en est que plus fort et ne s’en élève que plus haut. », Marc Aurèle, Les Pensées, Livre IV, 1, traduction modifiée de de J. Barthélémy Saint-Hilaire.

Explication :

Partager cette page