La technique 2 - Le progrès a-t-il des limites ?

(actualisé le ) par Serge Durand - Philosophie

  V - OUVERTURE.

Le progrès véritable est avant tout celui de la conscience. L’événement qu’est la conscience mentale pour l’évolution de l’univers, n’a-t-il pas produit son progrès ? N’est-il pas temps de laisser s’installer un nouveau type de conscience ? N’est-ce pas du côté de l’intuition créatrice qu’il faut l’attendre ? En un sens Descartes l’avait bien souligné, il n’y aura progrès que quand tant intérieurement qu’extérieurement, la mort, ce néant fondamental, aura été traversée. Mais contrairement à ce qu’espérait Descartes ce ne sera pas l’immortalité d’un ego (d’un « moi » lié à une représentation de soi-même) mais d’une conscience individuelle (elle aura un caractère personnel car elle sera apparue au sein de l’humanité), universelle (elle aura une connaissance du tout sans médiation par des représentations scientifiques) et transcendante (s’harmonisant au surgissement même de l’Être) dont la vie spirituelle l’aurait amené à une supra intuition matérielle. Ne s’agirait-il pas alors d’une nouvelle espèce telle qu’elle a été entrevue par Aurobindo et ses disciples ? Faut-il prendre au sérieux leur entreprise d’exploration en direction de cette nouvelle espèce ?

Partager cette page