Contrôle TL lundi 23 septembre 2013

(actualisé le ) par Serge Durand - Philosophie

Lundi 23 septembre 2013 Contrôle de cours TL n°1

1) La morale kantienne :

A) Précisez ce qui du point de vue moral distingue autonomie et hétéronomie selon Kant. (1)

B) En quoi le libre-arbitre opposé au serf-arbitre explique le fait qu’en suivant la morale on soit plus libre ? (2)

C) Citez l’impératif catégorique de la morale rationnelle de Kant. (1)

D) En vous appuyant sur le sens de « impératif catégorique », dites en quoi la morale de Kant est qualifiée de déontologique. (1)

E) A partir de l’impératif catégorique, prouvez l’impératif moral « Tu ne dois jamais mentir ». (1)

2) Les limites de la morale déontologique et de la morale conséquentialiste :

A) Donnez le contrexemple de Benjamin Constant contre l’interdit absolu du mensonge de la morale déontologique de Kant.(1,5)

B) Donnez le critère moral conséquentialiste de l’utilitariste John Stuart Mill. (1)

C) En quoi une morale conséquentialiste résout le conflit de devoirs exposé par Constant à l’encontre de la morale de Kant. (0,5)

3) Tensions entre morale déontologique et morale conséquentialiste :

A) Sur un radeau, des survivants sont confrontés au choix de manger ou non l’un d’entre eux pour survivre. A propos de ce choix moral, présentez la position et au moins un argument la justifiant d’une morale déontologique puis d’une morale conséquentialiste. (2)

B) Pourquoi ne pas tuer une personne permettant d’en sauver 5 autres grâce à des greffes d’organes ? Donnez au moins un argument déontologique. (1,5)

4) Bonheur et morales :

A) Qu’est-ce que le contentement moral pour les cartésiens ? (1)

B) Pourquoi l’espérance est-elle un devoir moral, en particulier celle que suivre son devoir rend digne d’être heureux ? (1)

C) Pourquoi selon John Stuart Mill nous préférons être plutôt un « Socrate mécontent » qu’ « un porc satisfait » ? (2)

D) En quoi dès lors l’optique utilitariste sur le bonheur se rapproche-t-elle de celle d’une morale déontologique ? (0,5)

5) A propos d’universel, particulier et singulier :

Appuyez-vous sur des exemples pris à la vie morale (pardon, politesse, etc.) pour justifier qu’il faille considérer en morale chacun de ces niveaux. (3)

Partager cette page